5 raisons de pratiquer le rabaska

By 22 août 2016Forme physique
rabaska mise en forme

« Du rabaska? J’en faisais plus jeune dans des camps de vacances. Ce n’est pas si dur que ça! » Je l’ai entendue souvent celle-là! Les courses à bord de canots R9 sont malheureusement peu connues en dehors de la ville qui a vu naître ce sport (Shawinigan). Laissez-moi vous expliquer pourquoi vous devriez embarquer dans une grande aventure qui offre un défi hors du commun. Et croyez-moi; les courses de canots R9 n’ont rien à voir avec les camps de vacances!

1. L’esprit d’équipe et de saines compétitions

Sachez d’abord que les équipes de canots R9 sont toutes mixtes et doivent en tout temps comporter un minimum de 3 filles à bord. Vous pouvez donc rejoindre une équipe de compétition en couple et faire concorder vos pratiques ensemble! Aussi, les heures passées en équipe sur l’eau vont vous rapprocher de gens passionnés comme vous qui veulent relever un défi personnel important. C’est certain que ça va finir avec une bière à la main un de ces 4! L’esprit d’équipe, l’entraide et le plaisir sont toujours au rendez-vous, sans perdre de vue le côté compétitif de ce magnifique sport.

2. Passer l’été sur l’eau à pagayer

Le Québec fourmille de magnifiques rivières. Pourquoi rester chez soi le soir devant la télé alors que vous pourriez plutôt ramer avec une formidable équipe et contempler au passage un fantastique coucher de soleil? En ce qui me concerne, je passe mes journées de la semaine devant un écran d’ordinateur au bureau. Il n’y a donc rien de plus agréable que de décrocher des technologies pour quelques heures tout en m’entraînant.

3. Se mettre en shape, vraiment en shape!

En été, le gym avec l’air climatisé, c’est bien, mais c’est encore mieux de s’entraîner en plein air. Il faut en profiter, car l’été au Québec, ça passe vite! En rabaska, on compte entre 60 et 70 coups de rame par minute, pendant près de 2 heures de pratique. Ça, c’est un bon brûle-calories! Et nul besoin de craindre de muscler de façon asymétrique, car contrairement au bateau-dragon, les changements de côté font partie du sport. En plus de l’exercice cardio-vasculaire, plusieurs muscles sont sollicités pour faire avancer efficacement un rabaska : les muscles du dos, les triceps, les trapèzes, les pectoraux, et même les abdominaux.

4. Dormir comme un bébé après l’entraînement

Je ne vais pas vous le cacher, le rabaska est un sport très exigeant. Après les premiers entraînements, préparez-vous à avoir un sommeil bien profond. Une fois que vous y avez survécu, l’endorphine fera son œuvre et vous rendra complètement accroc à ce sport. Le rabaska, c’est un bateau générateur d’endorphine!

5. Relever un défi hors du commun

La Classique internationale de canots de la Mauricie est la course culminante de la saison de rabaska, comptant plus de 60 000 spectateurs chaque année. De La Tuque à Trois-Rivières, en 3 étapes et sur 3 jours, les équipes doivent parcourir près de 200 km sur la rivière Saint-Maurice. Mais pas de panique! Les équipes de rabaska effectuent des changements, ce qui signifie que les rameurs ne parcourent généralement pas toute cette distance et ont droit à quelques moments de repos.

Le rabaska, pour vivre un sport de pure adrénaline!

Départs électrisants, portages enlevants, compétition intense, changements rapides et arrivées musclées sont quelques éléments qui vous attendent en rabaska. Lorsque l’on commence, parcourir une telle distance à la rame peut paraître inhumain. Il suffit de commencer par 1 heure, puis vous serez rapidement capable d’en ramer 2, puis 3, puis 4, et voilà, vous aurez complété la Classique internationale de canots! 😉

Qu’attendez-vous pour faire un essai gratuit? Contactez-nous dès maintenant!

Leave a Reply